Chacun se positionnant en vue des élections à venir, le PTB s’en prend aux plus-values qu’il propose de rendre taxables, tant à l’impôt des sociétés qu’à celui des personnes physiques (IPP).

A l’impôt des sociétés, elles seraient taxées au taux normal comme n’importe quel autre bénéfice et à l’impôt des personnes physiques, au taux marginal dans la mesure où, considérées comme revenus mobiliers, elles viendraient s’ajouter à l’ensemble des revenus imposables globalement.

Un taux de 50% étant applicable à l’IPP dès 38.000 euros, pareil pourcentage constituerait un record européen que seules l’Autriche et la France approchent avec respectivement des taux de taxation des plus-values sur actions de 49 % et 32,8 %.

Dans les deux régimes, les moins-values financières seraient toutefois prises en compte. Elles pourraient être portées en déduction à condition d’avoir été d’une part, réalisées lors de l’exercice d’imposition ou des cinq exercices qui précèdent et d’autre part, d’avoir été mentionnées dans la déclaration fiscale.

Source : Trends Tendance